07 juillet 2009

LA « DECENTRALISATION – DECOUPAGE » EN RD.CONGO : UNE TOUR DE BABEL ?


Par: Prof. Dr. YAV KATSHUNG JOSEPH

_Users_joseyav_Desktop_KOLWEZI_LUALABA_D_centralisation_D_coupage__en_RDC_

I. Liminaires

Lorsque les Grecs demandèrent à Solon de leur donner une constitution, celui-ci répondit à la forme interrogative : « pour quel peuple et quelle époque ? ». En effet, une constitution se présenterait comme réponse à une attente. Mais elle répondrait à quelle dynamique sociale dans quelle dynamique historique, à quelle ordonnance du temps? Cette demande légitime d'une constitution faite par les Grecs pour régir leur société fut également formulée par le peuple de la République Démocratique du Congo (RDC), las de la politique de centralisation à outrance avec tout son cortège de malheurs.

En effet, après le « OUI » massif au referendum constitutionnel de décembre 2005, la RDC se dota d'une nouvelle Constitution promulguée le 18 février 2006 et ayant pour ambition de lui assurer à la fois la stabilité, l'efficacité de l'Etat ainsi que les libertés démocratiques créatrices d'idées et de progrès. Ainsi, la RDC a pris un tournant décisif dans le mode de gouvernance de ses provinces puisque les principes de l'Etat central fortement décentralisé ont été précisés comme fil conducteur pour le fonctionnement des institutions. Ladite constitution a décidé de l'élévation de certains districts actuels au rang de province. Dans cette veine, le 1er août 2008, le Président Joseph Kabila promulgua la loi organique sur la décentralisation, laquelle entérine la création de 26 provinces en RDC. Ladite loi organique fixe la composition, l’organisation et le fonctionnement des Entités territoriales décentralisées et leurs rapports avec l’Etat et les provinces. Comme l’on peut s’en rendre compte, la promulgation de cette loi constitue une avancée dans le processus de décentralisation. Hélas sur papier diront certains !

En optant pour la « décentralisation - découpage » , la RDC n’innove pas. Plusieurs pays africains ont opté pour les réformes de décentralisation à la suite des crises économiques, sociales et/ou politiques qu’ils ont connu. Ainsi, la décentralisation n’est pas la dernière mode en matière de développement, mais représente une refonte radicale des relations entre l’Etat et ses citoyens suite à l’échec total d’une série de modèles de gouvernance qui confiaient des pouvoirs forts à un Etat central et souvent uni-partite, pour apporter la prospérité économique et la paix sociale.

Cependant, ce nouveau paysage institutionnel et l'émergence de nouveaux acteurs, et élus locaux a des répercussions sur le fonctionnement des institutions provinciales voire locales entraînant des changements dans le mode de fonctionnement des services techniques déconcentrés et des niveaux de concertation (provincial, territorial et local). Aussi, comme un fleuve irrigué par de nombreux affluents, de plus en plus l’on entend des voix s’élever pour ou contre le « découpage territorial », rappelant l’époque de la tour de Babel avec son cortège de divisions et d’incompréhensions. D’où l’intérêt de la présente réflexion qui entend cogiter sur les contours de la « décentralisation –découpage » en RDC et son appréhension pratique. Certaines contradictions seront relevées pour démontrer que la « décentralisation – découpage » comme il convient de l’appeler, semble être un couteau à double tranchant pour certaines provinces du pays. Au demeurant, la présente réflexion affirme - contre vents et marées - qu’il ne s’agit plus de décider si la « décentralisation – découpage » est une option, ou de ne pas la voir franchir l’étape du stade initial, mais plutôt de savoir comment la mettre en œuvre dans la pratique pour qu’elle puisse réaliser les objectifs qu’elle s’est fixés.

2. Bref aperçu historique sur la décentralisation en RDC

Comme dit supra, la décentralisation n’est pas un phénomène nouveau. Le terme a été utilisé dès le début des années 50, dans le cadre de nombreux programmes de réforme institutionnelle. Dans l’Afrique post-coloniale, par exemple, des essais de décentralisation ont été entrepris dans divers pays. Toutefois, beaucoup de ces tentatives sont restées vaines et n’ont pas tenu leurs promesses initiales.

En RDC, depuis l’époque coloniale, la question de la décentralisation est souvent apparue sous forme d’un débat sur la forme de l’Etat, Etat fédéral ou Etat unitaire. Ce débat commença, durant la période coloniale, avec l’Arrêté Royal qui regroupa les vingt deux districts du Congo en quatre provinces dirigées par un vice – gouverneur. Le pays, le Congo belge, étant lui-même dirigé par un Gouverneur Général. Malgré la centralisation du pouvoir, les premiers responsables des provinces furent soucieux de défendre leur province contre les exigences des autorités de l’administration centrale résidant à Boma, capitale de la colonie à l’époque. Inquiet de cette tendance, qui commença à se manifester clairement au lendemain de la première guerre mondiale, le Pouvoir central colonial, par l’Arrêté Royal du 29 juin 1933 décida une réorganisation administrative en vue de renforcer les pouvoirs du gouvernement central et ainsi réduire sensiblement ceux des provinces. On créa alors six provinces dirigées par des commissaires de provinces, hauts fonctionnaires, représentants du Gouverneur Général et chargés de l’exécution pure et simple de ses décisions. Par cet Arrêté, on passait d’un état unitaire relativement décentralisé à un unitarisme fortement centralisé.

Dans l’enfantement de l’indépendance - dont nous fêtons le 49eme anniversaire -, le premier texte constitutionnel qui, à sa naissance, a régi la RDC, appelé « Loi fondamentale », avait instauré une forme fédérale de l'Etat, un système de démocratie libérale représentative et un régime parlementaire. Les six provinces héritées alors de la colonisation constituèrent le cadre territorial et juridique des Etats fédérés. Cependant, cette première expérience fut dévoyée par la proclamation de deux sécessions et une crise institutionnelle majeure .

En 1964, une Constitution préparée, non plus dans le cadre du Parlement, mais au sein d'une commission neutre, fut présentée au référendum populaire et adoptée, dénommée « Constitution de Luluabourg », elle consacrait un régime présidentiel, une structure fédérale, une augmentation des provinces qui passait de 6 à 21. Malheureusement, elle n'a duré que le temps des dispositions transitoires !

Le coup d'Etat du 24 novembre 1965 imposa dès 1966, la fin de la démocratie pluraliste représentative, et la suppression de tous les mécanismes décentralisateurs qui laissaient à l'Etat du Congo un contenu fédéral. Le nombre des provinces fut réduit de 21 à 8. En d’autres termes, le Président Mobutu mit fin à l’autonomie des provinces dont le nombre passa d’abord de 21 à 12 et ensuite de 12 à 8 plus la ville de Kinshasa érigée en province. La représentation en Province fut dépouillée de tout caractère politique, les services propres des entités fédérées - dont les assemblées et les gouvernements provinciaux- furent supprimés, et les gouvernants des provinces furent considérés comme de simples administratifs, représentants soumis au pouvoir central. Toutefois, une réforme effectuée en 1982 fut ponctuée par la promulgation d'une loi organique portant décentralisation administrative. Autant dire qu'en 1997, à la chute du Président Mobutu, cette loi était pratiquement restée lettre morte.

En 1998, une réforme fut mise en place, au terme du décret loi 081 complété par d'autres initiatives ou plans gouvernementaux qui définirent une stratégie visant la décentralisation et fondée sur cinq axes : - la détermination du nombre d'entités décentralisées qui fut ramenée de 10 à 4 (la Province, la Ville, les Communes de l'agglomération de Kinshasa, le Territoire) ; - la création de conseils consultatifs ; - la viabilité des collectivités locales ; - les budgets des collectivités locales ; et - la répartition des responsabilités. Cependant, en 2003, la décentralisation n'était toujours pas appliquée selon les prescrits de ce fameux Décret-loi.

Le 18 février 2006, la RDC se dota de la Constitution de la troisième république. Aux termes de l'article 2 de ladite Constitution, la RDC est composée de la ville de Kinshasa et de 25 provinces toutes dotées de la personnalité juridique. Ces provinces sont : Bas-Uélé, Equateur, Haut-Lomami, Haut-Katanga, Haut-Uélé, Ituri, Kasaï, Kasaï central, Kasaï oriental, Kongo-central, Kwango, Kwilu, Lomami, Lualaba, Maï-Ndombe, Maniema, Mongala, Nord-Kivu, Nord-ubangui, Sankuru, Sud-Kivu, Sud-ubangui, Tanganyika, Tshopo et Tshuapa. Il faudra noter que cette disposition constitutionnelle a élevé au rang de provinces plusieurs districts qui constituent les actuelles provinces. Puis suivra, le 1er août 2008, la promulgation de la loi sur la décentralisation territoriale et administrative qui prévoit fixe la composition, l’organisation et le fonctionnement des Entités territoriales décentralisées et leurs rapports avec l’Etat et les provinces. Cet aperçu nous donne la photographie de la décentralisation depuis l’époque coloniale jusqu'à ce jour. L’on constatera qu’il y a actuellement une volonté de faire les choses différemment en rendant effective la décentralisation. Une question demeure cependant : la pratique suit-elle ce pas ? Tel est l’objet du point suivant.

3. La « décentralisation – découpage » en RDC : Du « Dire » au « Faire » ?

« Affirmer est une chose, mais réaliser en est une autre », dit-on. Il est certes vrai que l’on décriait le manque de cadre légal pour matérialiser la décentralisation en RDC bien que la Constitution l’eut instituée. C’est dans ce sens que dans son discours sur l’état de la Nation, fait au début du mois de décembre 2007, le Président Joseph Kabila mit l’accent sur le fait que « la loi sur la décentralisation était aussi importante et urgente car, d’elle, dépend le succès ou l'échec de l'une des innovations les plus prometteuses, mais aussi potentiellement les plus dangereuses, introduites aux termes de la nouvelle constitution. » . Aujourd’hui, cette question ne se pose plus car, la loi organique est bien là depuis 2008, mais les choses semblent toujours stagner. Du reste, cela a même transpiré lors de la première session de la Conférence des Gouverneurs de Province (CGP) tenue du 24 au 25 juin 2009 à Kisangani. Présidée de bout en bout par le Chef de l’Etat Joseph Kabila, ladite conférence a sur le plan politique, administratif, culturel, sécuritaire et judiciaire recommandé entre autres « le renforcement de l’Autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, l’accélération de la mise en œuvre de la Décentralisation, etc… »
Ainsi, il semble nécessaire de faire recours à un « enfantement par césarienne » de la décentralisation en RDC.

3.1. Les arguments et contre arguments de la « décentralisation – découpage » en RDC

Depuis l’annonce de la « décentralisation – découpage » en RDC, l’on constate l’émergence de deux camps opposés : l’un soutenant la « décentralisation –découpage » dans l’immédiat et l’autre s’exprimant par «oui » à la décentralisation mais « non » au découpage actuel et immédiat ». Dans cette veine, ils arguent que la population n’est pas prête pour le découpage. Et en réplique, le premier camp fini par s’interroger: « Qui en réalité est celui qui n’est pas prêt ? La population ou les opérateurs / manipulateurs politiques ?».
Face à cette dichotomie de position qui devient de plus en plus dévastatrice, ne pouvons-nous pas chercher une troisième « voix » et/ou « voie » ? C’est dans ce sens que d’aucuns peuvent même demander la nécessité d’une période d'apprentissage pour tous les acteurs afin que le processus de décentralisation trouve sa traduction dans de bonnes pratiques de gestion des affaires locales selon une démarche permettant l'implication du citoyen dans la vie publique locale. Mais une question demeure : ladite période d’apprentissage avec ou sans le découpage ? Nous donnerons plus loin, notre avis à ce sujet.

Toutefois, il faut reconnaître que la « décentralisation – découpage » laisse couler encre et salive peut-être pas encore le sang. Aussi, tout n’est pas que rose car en matière de décentralisation, des arguments de tout genre sont usités. Ainsi, du point de vue négatif, on peut argumenter que le processus de décentralisation est susceptible d’accroître les inégalités entre les provinces les plus pauvres et les plus riches d’un pays. Cela peut être le cas si la politique de péréquation fiscale n’est pas assez efficace pour empêcher les provinces les mieux dotées en ressources de bénéficier d’encore de revenus ; de déstabiliser l’unité nationale et déclencher des conflits politiques ou ethniques ; faciliter l’abus d’autorité ou la corruption des autorités locales et centrales et en faire des régimes locaux dictatoriaux ou des élites, etc.
Mais du point de vue positif, les raisons politiques avancées pour justifier ce « découpage territorial » mieux cette « décentralisation - découpage » , évoquent la nécessité et le souci de faire bénéficier à chaque habitant des conditions de vie améliorées. C'est dans cette optique que le législateur congolais, mû par ce souci du bien-être de tous les congolais, a trouvé nécessaire et utile de procéder au découpage politique et administratif du territoire national afin de rapprocher davantage les administrés de l'Administration , cela en vue de cerner les vrais problèmes de la population et en trouver des solutions urgentes et adéquates. Donc, le découpage territorial a été décidé de toute évidence dans le seul but d'accélérer partout le progrès économique et social de la population. Il va de soi que ce découpage territorial est une cause noble et l'objectif indiscutable. Mais, cela est-il perçu comme tel dans tous les coins de la RDC ? C’est la grande question qu’il sied d’adresser.

3.2. La province du Katanga et son cortège de controverses sur la « décentralisation – découpage » en RDC

La décentralisation envisagée en RDC rencontre des pesanteurs qui font que l’urgence de l’application de cette politique est diversement appréciée. Pour nous en convaincre, nous faisons recours à la situation de la province du Katanga. En effet, au terme de l’article 2 de la Constitution, la RDC comptera 25 provinces et la ville de Kinshasa, contre 10 provinces et la capitale actuellement. En clair, il sera procédé au découpage territorial. À ce sujet, le Katanga éclatera en quatre provinces : le Haut- Lomami, le Haut- Katanga, le Lualaba et le Tanganika. Mais déjà, l’on assiste à des pétitions et des contre-pétitions sur le découpage ou non du Katanga, lettres ouvertes et prises de position. Tous les coups sont permis. Certains opérateurs politiques soutiennent mordicus le processus compte tenu de leur attachement à de sentiments tribaux et/ou ethniques. Par contre ceux qui sont en défaveur de la décision craignent de perdre certains avantages.

Chaque jour qui passe emmène avec lui un chapelet de scenarii. En effet, après les déclarations d’un Ministre du gouvernement provincial du Katanga contre le découpage du Katanga faites dans le district de Lualaba l’année dernière, ce fut le tour d’autres membres de l’exécutif provincial voire du parlement provincial qui entrèrent en danse. Comme qui dirait, ils ne cherchent qu’à assurer leurs arrières en gardant le grand gâteau pour eux seuls. Même les plus virulents et tonitruants fédéralistes d’hier, ne soutiennent plus le découpage territorial dont ils rêvaient. Ainsi, une pétition contre le découpage du Katanga, un peu dans l’esprit du « OUI » A LA DECENTRALISATION MAIS « NON » AU DECOUPAGE, fut initiée depuis le 30 janvier 2009 et signée par plus de 150.000 âmes –nous osons croire que ce sont des âmes vivantes-. Certains des arguments de ladite pétition sont :
-   Au Katanga, aucun élu n’avait reçu mandat de ses électeurs de couper le Katanga pour le mieux être des Katangais. Donc le découpage du Katanga n’est pas une volonté populaire.
-   Au referendum constitutionnel, les voix s’étaient élevées contre le découpage mais parce qu’il fallait privilégier l’aboutissement du processus de la transition, lequel sans constitution, il n’y aurait pas d’élection, la population katangaise pour marquer son soutien …avait adopté massivement la constitution, bien sur, avec espoir de revenir après, sur certains points sur lesquels la population n’était pas d’accord, conformément a la disposition de l’article 218.
-   Tous les districts du Katanga… n’ont pas tous les mêmes possibilités économiques mais la population reste unie dans la mesure ou lorsque le Gouvernement pose une action de développement dans un coin du Katanga, tous les Katangais sont unanimes qu’on construit le Katanga. Mais à partir du moment ou chaque district sera une province a part, la population de chacun d’eux voudra l’action de développement posée se réaliser dans chacune de ses entités. En ce moment là, le déséquilibre ecomomico-financier des districts va créer des aigris et entraîner des conflits des communautés, lesquels conflits ne sont pas au programme des 5 chantiers de la République…

En réplique, suivra la contre – pétition initiée récemment par le camp adverse afin de soutenir le découpage sans condition du Katanga. C’est dans ce sens qu’au Nord Est du Katanga, dans une lettre ouverte, un prêtre et analyste politique -Abbé Didier Numbi wa Numbi, membre de la commission diocésaine Justice et paix de Kalemie -, s’interroge de façon explicite « Qui alors n’est pas prêt pour le découpage et la transformation du Tanganika de District en Province ? ». Dans son argumentation, l’abbé relève que la population du Tanganika et de la RDC, au nom de laquelle certains parlent d’une certaine façon pour plutôt protéger leurs intérêts, est prête.
Toujours au Katanga, le fameux dossier de la future province du Lualaba fait défiler tour à tour des personnes et associations politiques et/ou socio-culturelles sur les plateaux des télévisions et radios avec des discours et prises de position dans tous les sens. Dans la foulée, l’on constate qu’il y a la aussi deux tendances : l’une qui considère la ville de Kolwezi comme le chef-lieu ou capitale de la future province du Lualaba et l’autre, qui veut que Kolwezi soit une province à part entière ou soit carrément annexée au Haut - Katanga car, les populations autochtones du District urbano-rural de Kolwezi sont culturellement plus proches des populations du Haut-Katanga que celles de Lualaba ou du Haut-Lomami.

Comme si cela ne suffisait pas, dernièrement une frange de chefs traditionnels de Kolwezi ont fait un déplacement à Kinshasa pour remettre à qui de droit une pétition portant les signatures de 100.000 ressortissants de ladite ville réclamant l’érection de cette entité en province urbano-rurale. Sans nous pencher sur le bien fondé ou pas d’une telle démarche au risque d’être taxé de juge et partie, nous constatons simplement que sur le plan géographique et sociologique, la création des nouvelles provinces ravive inutilement certaines tensions et ce, au travers des acteurs acquis à des logiques et des modes d'intervention souvent contradictoires. Face à ce scénario, l’observateur averti pourrait simplement comprendre que les mêmes gens ou groupes socio-politiques qui sont contre le découpage territorial du Katanga - par crainte de perdre leur hégémonie ou contrôle politique - sont également les mêmes qui cherchent que le district de Kolwezi soit une province à part entière. Quelle contradiction et manque de cohérence, diront d’aucuns.

Encore au rendez-vous, le Parlement provincial du Katanga attend son tour pour jeter le pavé dans la marre. En effet, déjà des motions contre le découpage du Katanga sont en préparation dans des « laboratoires » noirs de certains députés provinciaux. Elles n’attendent que le moment de l’ouverture de la session parlementaire dans quelques jours pour être larguées et vite fait, le résultat est connu : « les députés provinciaux sont contre le découpage immédiat de la province du Katanga ». Cette attitude ne surprendra pas le peuple du Katanga. Comme nous l’avons si bien décris dans notre livre intitulé : « Le Parlement Provincial Pour Quoi Faire ? » , le Parlement provincial est de plus en plus critiqué, malmené, limité. Comme si le ver était dans le fruit, le vécu quotidien démontre que plusieurs pesanteurs – dont le pouvoir exécutif, l’égoïsme et le goût du lucre, l’amateurisme ou carrément ce qu’il convient d’appeler « l’analphabétisme parlementaire », « l’incultisme démocratique », etc…- ont tendance à « embrigader » le travail du Parlement, de sorte que son rôle se trouve réduit à une portion congrue et que sa liberté est sérieusement entravée. En effet, l’impuissance du Parlement provincial est presque devenue un fléau dénoncé par la majorité de la population. Les parlementaires –surtout ceux de la majorité- semblent ne servir plus à rien. Sinon à pointer pour les émoluments et à voter comme un seul homme.

Au-delà de toutes ces positions et contre-positions sur la « décentralisation – découpage » au Katanga, il est impérieux que les antagonistes aient présent à l’esprit l’interpellation faite par le Président Kabila lors de son discours sur l’état de la Nation , fait au début du mois de décembre 2007. Il nota sans ambages que la RDC est un « Etat uni et Indivisible» et la décentralisation, d'essence constitutionnelle soit-elle, n'est pas synonyme de fédéralisme, encore moins de confédéralisme. La ligne de démarcation mérite d'être rapidement tracée…

Ainsi, nous soutenons qu’il ne s’agit plus de décider si la « décentralisation – découpage » est une option, ou de ne pas la voir franchir l’étape du stade initial, mais plutôt de savoir comment la mettre en œuvre dans la pratique pour qu’elle puisse réaliser les objectifs qu’elle s’est fixés. Les mutations institutionnelles et socio-politiques attendues doivent être comprises comme un élargissement de la démocratie participative pour stimuler la responsabilisation des acteurs à la base. Dans ce sens, la décentralisation offre non seulement des espoirs d’un renforcement de la démocratie et de la bonne gouvernance locale mais aussi des promesses d’une plus grande efficacité et efficience dans l’offre de services adaptés aux besoins locaux et un cadre adapté pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Toutefois, la décentralisation n’apportera une plus grande efficience dans l’offre des services, une meilleure gouvernance locale et ne contribuera à la réduction de la pauvreté et à la consolidation de la paix sociale seulement si certaines conditions sont remplies.

4. Quelques conditions pour une « décentralisation – découpage » réussie en RDC

4.1. L’implication active des citoyens dans le processus

Presque tous les débats voire « ébats et émois » sur la « décentralisation- découpage » en RDC sont faits en l’absence du peuple, le souverain et bénéficiaire primaire. Il est donc important que les citoyens soient au centre du processus par implication active dans le processus. En effet, pour que réussisse la décentralisation, le processus doit être inspiré par l’exigence de la population d’une redéfinition des rapports entre l’État et ses citoyens et non être l’œuvre des calculs politiciens. La population locale doit s’approprier la réforme pour veiller à ce que l’esprit de la décentralisation soit respecté, que les dispositions juridiques formelles reflètent ses préoccupations et les réalités dans lesquelles elle vit et que ces dernières soient appliquées. Pour y parvenir de façon efficace, la population doit acquérir un certain nombre de compétences et d’aptitudes, en particulier une bonne compréhension des textes relatifs à la décentralisation. Les citoyens doivent avoir une meilleure compréhension des enjeux et de la manière dont ils peuvent participer et intervenir efficacement au niveau local dans les processus de prise de décisions qui affectent leur vie et leurs moyens d’existence. Fondamentalement, la population locale doit avoir foi dans les réformes et les opportunités qu’elles offrent, être convaincue qu’elle est capable de jouer un rôle important et demander aux collectivités de lui rendre compte de la gestion des affaires locales.

Reconnaissons cependant que la réalisation de cette condition est un défi majeur en RDC et particulièrement au Katanga. Malgré les discours du genre « nous sommes fatigués de la misère », le chapelet de la pauvreté et l’analphabétisme, freine la participation active et informée des populations locales. Là où l’information existe, elle apparaît souvent tintée des discours partisanes et de division pour faire échec à la décentralisation. Une attention particulière est donc nécessaire pour assurer une participation équitable de tous les citoyens au processus de décentralisation et non le faire comme c’est le cas actuel dans la province du Katanga, où certains « politicaillons » et « affairistes politiques » excellent en manipulant et divisant la population afin de rester seul maître à bord. Pire encore, quand certains détenteurs du pouvoir coutumier ou autre sont mis à contribution -dans une contradiction et manque de cohérence sans précèdent- tantôt pour appuyer la thèse contre le découpage territorial de la province du Katanga, tantôt pour demander la création d’autres nouvelles provinces.

4.2. Rendre des entités décentralisées et leurs animateurs capables et compétitifs

Fort de l’arsenal juridique sur la décentralisation, les collectivités locales doivent assurer des services sociaux et économiques (santé, alimentation en eau, éducation, etc.) sur la base de plans de développement locaux. Elles sont censées s’acquitter de ces services dans la concertation et l’équité, en veillant à la pleine participation des communautés qui relèvent de leur autorité. L’une des raisons principales de la décentralisation est d’accroître l’efficience et l’efficacité générales en permettant aux collectivités locales de renforcer leur sensibilité, leur responsabilité à l’égard des citoyens et l’efficacité de la production et de la fourniture de services. Ainsi, le processus de décentralisation est essentiel pour que les instances locales puissent jouer un rôle actif et important en termes de gouvernance locale.

À court terme, le succès de la décentralisation dépend largement de la mesure dans laquelle la population locale constate qu’elle apporte des avantages tangibles. Étant donnés les niveaux de pauvreté actuels, cette population, qui perçoit les principes de la gouvernance démocratique comme essentiels à l’expression de ses initiatives, veut aussi voir mises en œuvre des mesures concrètes susceptibles de résoudre ses problèmes quotidiens : Installations sanitaires et éducatives inadaptées, alimentation en eau insuffisante, manque d’opportunités en matière d’emploi, de débouchés commerciaux et d’investissement, routes impraticables voire inexistantes, etc. Si les collectivités locales ne peuvent répondre à ces questions, cela compromettra gravement leur légitimité et la possibilité d’opérer des changements structurels dans le mode de gestion des affaires locales.

Il sera aussi essentiel de renforcer les capacités des autorités locales pour répondre aux défis de la « décentralisation- découpage » et leur permettre d’agir en adoptant une démarche participative, transparente et durable pour réussir à gagner la confiance et la reconnaissance de la population locale, et, à terme, développer et renforcer leur autonomie financière. Reconnaissons cependant, que cela ne sera pas que facile.

4.3. Fournir un cadre institutionnel favorable qui donne l’autorité et les pouvoirs de décision au niveau local.

La loi organique sur la décentralisation permet la création des entités territoriales légalement reconnues, dotées d’un budget et d’un personnel propre, ainsi que des pouvoirs de décision sur un éventail de domaines relevant directement de leur compétence. Le principe de subsidiarité et la nécessité de faire en sorte que le transfert de responsabilités s’accompagne d’un transfert simultané de ressources sont reconnus. Toutefois, dans la pratique, cet engagement politique en faveur d’un transfert de compétences connaît des embûches en RDC qu’il faille élaguer au plus tôt. De surcroît, l’absence d’un pouvoir effectif des collectivités locales sur le contrôle de leurs ressources financières compromettra leur viabilité économique et nuira à la légitimité du processus de décentralisation aux yeux de la population locale. Il appert donc nécessaire que tous les boulons d’étranglement du processus de décentralisation soient réellement supprimés afin que renaisse la RDC de ses cendres comme le phénix.

5. Conclusion : « Décentralisation – découpage », plus de peur que de mal ou effectivement le mal est là ?

Que conclure, sauf constater qu’un malaise couve en RDC concernant la matérialisation de la « décentralisation – découpage ». Des arguments et contre arguments sont avancés dans tous les sens et dans divers horizons comme au temps de la Tour de Babel. Mais, au-delà de toutes ces considérations sociales, economiques et politiques, un besoin est pressant et constitue ce qu’il faut capitaliser : la décentralisation est voulue par tous. Ainsi, il ne nous reste qu’à affirmer que la décentralisation réussie constituera une réforme politique mettant les élus locaux au défi de répondre aux demandes des populations. Elle permettra de mettre en relation directe le besoin social tel qu’il est vécu par le citoyen et la décision politique qui lui répond. Elle autorisera alors non seulement une réforme de l’Etat par la déconcentration de ses moyens et la réduction de son périmètre d’intervention. Un véritable processus de reconstruction de l’Etat pourrait ainsi être amorcé en s’appuyant sur les communautés de base et les municipalités. Cela est d’autant vrai car, l’espace local constitue, en effet, le lieu d’ancrage de la citoyenneté, le maillon initial des liens sociaux et la base du « vouloir vivre collectif ». Pour cette raison, il est impérieux de favoriser l’émergence de municipalités fortes au plus près des préoccupations des citoyens. Mais une gouvernance locale ne peut être efficace que si les relations avec les autres niveaux de pouvoir sont prises en compte, donnent lieu à des échanges, à des négociations et à des actions de coopération. Comme qui dirait l’unité dans la diversité et non dans l’adversité !

Toutefois, pour prévenir les risques d’iniquité territoriale, de dilution des responsabilités et des compétences, l’instauration d’une démocratie locale doit être assortie de politiques complémentaires (renforcement des capacités, déconcentration des services de l’Etat, aménagement du territoire...) auxquelles tous les congolais devront contribuer.


Commentaires sur LA « DECENTRALISATION – DECOUPAGE » EN RD.CONGO : UNE TOUR DE BABEL ?

    CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DES PERSONNES HANDICAPEES

    Nous avons l’honneur de vous faire part des activités de MONT ALEDJO INTERNATIONAL , une organisation de la Société civile assumant la coordination de plusieurs mouvements engagés dans divers sujets (Environnement, Santé, Droits Humains…). principalement en Afrique.

    Actuellement, nous travaillons avec un réseau d'ONG et de personnes ressources pour soutenir la
    - Vulgarisation
    - Ratification
    - Mise en Oeuvre effective de la
    CONVENTION relative aux droits des personnes handicapées

    NOUS VENONS AUSSI D'APPUYER LA CREATION DE L'OBSERVATOIRE PANAFRICAIN SUR LES HANDICAPS :

    http://handicaps.afrikblog.com/

    Eu égard à la qualité et la pertinence de vos actions, et désireux de poursuivre notre mission , nous avons l’honneur de solliciter l’établissement d'un lien de PARTENARIAT avec votre organisation.

    Nous nous tenons à votre entière disposition pour définir, de commun accord, les axes possibles de cette coopération que nous souhaitons enrichissante et fructueuse.

    Dans l’espoir d’une suite favorable, nous vous prions de croire , Madame / Monsieur, à l’expression de notre profond respect.


    Thomas Léro TCHASSAO

    Gestionnaire des opérations

    ADRESSE DE CORRESPONDANCE


    5402 BOULEVARD ROI-RENÉ , MONTRÉAL, QUÉBEC , H1K 3E3 CANADA TÉL. :+1-514-261-1187 FAX : +1-514-528-8673 Courriel : mont.aledjo@gmail.com

    Posté par M.A.I.N., 07 septembre 2009 à 19:59 | | Répondre
  • Hello

    Great blog!!!
    If you like, come back and visit mine: http://albumdeestampillas.blogspot.com

    Thanks from Argentina,
    Pablo

    Posté par Pablo (yo), 08 septembre 2009 à 00:15 | | Répondre
  • We must have the courage to see ourselves -- and our business -- as others do

    Posté par Cheap LV Bags, 22 décembre 2010 à 10:04 | | Répondre
  • in addition to food and blessed christmas party, the song "silent night" is a widely circulated

    in addition to food and blessed christmas party, the song "silent night" is a widely circulated

    Posté par Cheap Air Jordan, 25 décembre 2010 à 09:32 | | Répondre
  • We must have the courage to see ourselves -- and our business -- as others do

    Posté par Cheap LV Bags, 26 décembre 2010 à 04:12 | | Répondre
  • Jordan Fusion 3

    souverains et de son devenir, le pays et ses gouvernants peuvent s’engager dans le souci de juguler la crise multiforme qu’il traverse ? Enfin

    Posté par Jordan Fusion 3, 10 janvier 2011 à 05:32 | | Répondre
  • songqiudong

    relationship, http://www.vibram.us.com because he

    Posté par Vibram, 23 janvier 2011 à 09:08 | | Répondre
  • songqiudong

    generous to the http://www.vibram.us.com point. http://www.vibram.us.com/kso-leather-facing-men-shoes Over time, his relationship has been better friends http://www.vibram.us.com/kso-women-shoes to call him a pig.

    Posté par Vibram, 23 janvier 2011 à 09:13 | | Répondre
  • http://www.louisvuittonwalletsale.org/

    louis vuitton wallet,chanel wallets,gucci wallets,Womens Wallets,coach wallets,prada wallets,louis vuitton wallet sale,coach wallets sale,Louis Vuitton Wallets,Gucci Wallets,Prada Wallets,Coach Wallets,Chanel Wallets,Juicy Wallets,Miu Miu Wallets,Chloe Wallets,Ed Hardy Wallets,Tous Wallets,D&G Wallets,Burberry Wallets,Fendi Wallets,Louis Vuitton Wallets Mens,Gucci Wallets Mens,Armani Wallets Mens,Prada Wallets Mens,Coach Wallets Mens,Chanel Wallets Mens,Burberry Wallets Mens,Fendi Wallets Mens

    Posté par Louis Vuitton Wa, 01 juin 2011 à 08:44 | | Répondre
  • He was called off, the process of being returned to represent Canada as captain of the national youth team won the 2006 and 2007 of two World Youth Chamtside the Charles fierce defender firepower. 23 games in the playoffs again for the team

    Posté par onitsuka tiger, 15 juin 2011 à 09:03 | | Répondre
  • gucci outlet

    Rice rushed the ball 153 yards, in addition to 5 times the ball 80 yards, by two touchdowns. With the game 153 yards, he rushed the ball for the second gucci sunglasses consecutive season, more than 1,000 yards. “I received shoes match up, gucci shoes “ Rice said. “I want it as a Christmas gift for my mother. I want to sign it and put it on my mother received on top of other gifts. gucci belts women gucci low shoes “ The game of the playoff teams are very important competition, the results of the rival Ravens 6-game winning streak end. Saints quarterback Drew - Brisbane audience completed 46 passes 29 times, advancing 267 yards with 2 touchdowns. Saints in the 7-21 behind to chase into 24 levels, but the final pass was always steals Brisbane, Saints eventually fall short. This is nearly 6 Saints game is not the first time, scoring 30 points. Brisbane 5 consecutive passes over Ravens quarterback Joe - Fu Lake sent the game 2 touchdowns, touchdowns this season, the number has reached 23, creating a single-season career high of number of touchdowns.

    Posté par chenjinhua, 01 juillet 2011 à 05:21 | | Répondre
  • It’s a great pleasure to visit your website and to enjoy your excellent work! .

    It’s a great pleasure to visit your website and to enjoy your excellent work!
    .

    Posté par oakley glasses, 10 mars 2012 à 09:04 | | Répondre
  • Nike Shox Pas Cher

    Plein soutien-gorge compris est essentielle pour grande fille. Obtenez un soutien-gorge bien basket homme pas cher
    ajusté qui ne coupe pas dans la chair dans votre dos ou vos épaules. Soutiens-gorge chaussure nike air
    trop petits tirets provoquer disgracieuses et les bosses. Tous ces problèmes Shox Rivalry
    peuvent être résolus par l'achat de la bonne taille, plus la taille soutien-gorge.basket nike air
    Faites-vous mesuré pour la taille bon soutien-gorge tous les 6-12 mois, que le poids peut varier, ce qui rend soutiens-gorge Nike Shox Noir de l'an dernier moins de helpful.Ne pas acheter des vêtements de taille plus qui sont trop serrés ou mal Nike Shox Homme
    la taille. Préoccupez-vous sur la façon dont les vêtements propres et flatter votre silhouette et moins sur la chaussure nike pas cher
    taille. Big girls qui ont de gros seins devraient éviter coupe-bas camisoles, chemisiers abruptes et ultra-serrés vestes qui vous donnent à la recherche vulgaires.

    Posté par Nike Shox Pas Ch, 24 avril 2012 à 03:03 | | Répondre
  • nike shox schuhe

    Nike erst im vergangenen Jahr sogar ohne Rücksicht auf die Ende des turbulenten Übergang der Macht, als auch die ausländische Aggression von Adidas, kann diese Leistung als recht gut bezeichnet werden. Wenn wir innovieren können wir Nike Free run 2012 Frauen rosa blau führen Bedeutet nicht, dass es keine starke Gegner und Herausforderungen. Seit den 1980er Jahren Michael Nike Shox Agent Männer grau/schwarz/gelb Schuhe 1007 Jordan Nike http://www.billigenikeshoxschuhe.com Charme dieser Leistung ", der König der Basketball-Schuhe." Allerdings ist Jordan jetzt alte Männer. Ob im städtischen oder ländlichen, wird Jordan Sportschuhe Marke Attraktivität reduziert, obwohl Jordanien Anfang Raketen (Air Jordan Retro) hinter den Erwartungen zurück ins Leben gerufen wurde, aber einige von Nike Jordan Schuhe wurde zu einem sehr hohen Rabatt eingeführt zu haben, zu verkaufen. Nike hofft, sie als heißer Stern der NBA Brent James (Le Bron James) identifizieren zu helfen, ihre glätten Michael Jordan-Ära. Im Jahr 2003 kündigte Nike, dass die USA in 10 Jahren, Cleveland Cavaliers Basketball-Team (Cleveland Cavaliers) 90.000.000 $ bezahlen, um Basketball-Schuhe Discount Mens Nike Shox R6 Steckdose weiß silber schwarz duty free zu fördern. Doch obwohl die neuesten ZoomLeBronIV Basketball-Schuhe in guter Form verkauft, aber die Billigung des Sterns, schließlich ist James 'Stil schwer zu blicken, als nike shox Michael Jordan Artikel. Natürlich, einige von ihnen, weil mit der Diversifizierung der Formen der Unterhaltung, heute populären NBA und Jordanien im Vergleich zu den Zeiten, hat seine Attraktivität gesunken. Darüber hinaus Rivale Nike Low-Cost-Strategie Orten, müssen wir andrücken. Zum Beispiel mit dem Namen ein Rabatt nike shox nz Bekleidungskette Steve Bary ein Basketballschuh, Vertrieb nur $ 14,98 pro Paar. Es wird gesagt, startete im August letzten Jahres nach nur vier Monaten des Jahres seinen Umsatz erreichte 300 Millionen Paare. nike free schuhe Von Konkurrenten können möglicherweise beiseite legen beiseite, aber, wenn ein neuer Trend bereits gebildet ist, Contrarian Geschäftsentwicklung sogar das Glück haben, geschluckt werden sicherlich nicht leiden, ist Nike bewusst. Laut einer US-Marktforschungsunternehmen, sagte der US preiswerte Schuhe ($ 50) Markt in den vergangenen zwei Jahren um fast 9% gestiegen. Günstige Sportschuhe Umsatz machen inzwischen einen Umsatz von US-Markt für Sportschuhe, mehr als billige nike shox die Hälfte. Darüber hinaus ist die US-Basketball-Schuh-Industrie in den letzten Jahren gab es insgesamt rückläufigen - letztjährigen Rückgang um 16%. Nike den Umsatz in den US-Markt etwa 30% bis 40% von der Wirtschaft zu Basketball-Schuhe zu erstellen. Derzeit in den USA mehr http://www.nikefreeschuhepreise.com als $ 100 pro Paar Basketballschuhe, etwa 95% der Nike-Schuhe. Offensichtlich kann diese Trends nicht Nike ignoriert werden. Wenn Sie nicht wirksame Maßnahmen ergreifen, um mit Nike wäre in Gefahr sein, Dominanz zu tun. Als Reaktion darauf hat Nike sehr klare Vorstellungen. Er hofft, mit Nachdruck das Potenzial von China und anderen ausländischen Märkten haben, die Abhängigkeit von den US-Markt zu reduzieren, die andere Hand, durch die Anpassung der Produktlinien, erhöhen Produktinnovation und sorgfältige Ausbau der mittleren und niedrigen Markt und die Anpassung an neue Trends und neuen Bergbau-Chancen. Am Ende August dieses Jahres das erste Quartal des Geschäftsjahres 2008, Nike den Umsatz in den US-Markt nur um 2% wuchs auf dem europäischen Markt wuchs um 16 Prozent wuchs der asiatische Markt noch schneller und erreichte 22%. Die Geschwindigkeit, dank Nike in China und Indien die aggressive Markt. Es wird berichtet, dass Nike, das Viertel der Umsatz in China um etwa 50% wuchs. Derzeit ist die nike free 3.0 internationale Markt entfielen Nike den Umsatz für 60% des gesamten Gewinn von 51%. Es wird erwartet, dass seine Verkäufe in China erwartet wird, auf eine $ 1000000000 fort. China wird weiterhin Nike der zweitgrößte nach dem US-Markt zu werden. Darüber hinaus sind Russland, Indien und Brasilien auch große Hoffnungen in den überseeischen Märkten von Nike. Obwohl Nike ehrgeizig, einige Analysten noch skeptisch. Sie glauben, dass Nike derzeit in den US-Markt einen Anteil von einer beherrschenden Stellung, um nike free schuhe preise weiterhin ein rasches Wachstum zu erreichen ist sehr schwierig. Geist des Sports ist es, die Grenze herauszufordern, Nike natürlich verstehen. Sagte Mark Parker, Nike ist einer der Wettbewerbsvorteile der Breite und Vielfalt ihres Geschäfts. Um jedoch zu Wachstumsziele zu erreichen, nach seinem http://www.nikeshoxschuhede.com Amtsantritt, Mark Parker, Nike-Marke hatte auch zu justieren und Produktlinien. 21. September sagte Mark Parker, Nike erwägt den Verkauf ihrer Tochtergesellschaft resistent Kebao Er Hockey-Lieferungen. Die nike shox schwarz Tochtergesellschaften sind hauptsächlich in der Produktion und dem nike shox r4 Verkauf von Eishockey-Kleidung und Ausrüstung, Ballsport und Skaten Einrichtungen engagiert. Mehrere andere Marken wie Nike Golf, Converse, ColeHaan, Exeter und Hurley sollte auch überprüft werden. Nike Führungskräfte sagte, dass obwohl eine solche Entscheidung ist schwierig, aber einige Marken haben mit Nike das langfristige Entwicklungspläne nicht zusammenfallen gewesen, ist Männer Nike Shox Agent es notwendig, "Tonne Produktionskapazität." Das Gesicht der Basketball-Schuh Markt (vor allem der US-Markt) Sättigung, Nike-Produktlinie wurde erweitert, um Fußball Kleidung gehören, Laufen Kleidung, Kleidung der Frauen-und Fitness-Training. Mark Parker, hat Nike in den USA heimischen Fußball, Basketball umstrukturiert, Running, Training Mens Nike Shox R6 Shoes Männer, sechs Frauen-Fitness-und Sport-und Kulturbereich. Zuvor wird Nike das Geschäft in Schuhen, Bekleidung und Ausrüstung drei Kategorien unterteilt. Inzwischen ist Nike auch aktiv an der Entwicklung der Low-End. Früher in diesem Jahr lud Nike Cai Princeton Football-Star Brandi (Brandi Chastain) nike shox und Hope Solomon (Hope Solo) und Volleyball-Sterne Logan Tom (Tom Logan) Auftritte in New York, veröffentlicht eine neue Marke Rückenwind (Wind) - eine Consumer-Marke für Frauen . Derzeit gibt es sechs Stile der Marke, der Preis zwischen 19,99 bis 34,99 nike shox nz US-Dollar. Zuvor, Nike, Nike-Marke für seine hohen Preise und den Schwerpunkt auf Sport-und weg von den Low-End-Verbraucher. Nike Tailwind eine Chance, diese nike shox schuhe Kunden zu gewinnen. In diesem Zusammenhang sagte Mark Parker: "Wenn wir innovativ, wir führen kann." Marketing-Macht nike shox rivalry der Maschine Nike Faktoren bekannt, dass sie gut im Marketing. Doch dieser Moment war das Gesicht einige können einen erheblichen Einfluss auf ihre zukünftige Überleben der Trend haben, ist Marketing-König, Nike musste wichtigsten Einstellungen vorzunehmen. Nike Führungskräfte haben öffentlich die Hoffnung geäußert, dass bis 2010 der weltweit dominierende Anbieter von Fußball-Kleidung, Adidas und damit eine direkte Herausforderung an nike free run 2 Nike Free 2012 Frauendie Fußball-Sportswear-Markt. Zu diesem Zweck war Nike großzügig in Marketing-Investitionen. Nike machte innerhalb von 10 Jahren auf $ 778.000.000 liefern Deutschen Fußball-Bundes, Sponsor der deutschen Fußball-Nationalmannschaft.

    Posté par nike shox schuhe, 23 mai 2012 à 10:22 | | Répondre
  • scarpe nike shox

    Strategia di marketing della Nike è una componente importante del successo della società. Nike è posizionato come premium-brand, vendita di prodotti ben progettati e costoso. Nike attira i clienti con una strategia di marketing intorno ad un immagine di marca, che si ottiene dal logo distintivo e lo slogan pubblicitario: "Just do it". Nike promuove i propri nike shox nz prodotti accordi di sponsorizzazione con atleti famosi, gruppi professionali e gruppi di http://www.nikeshoxdonna.com universitari sportivi. Tuttavia, marketing mix Nike contiene molti elementi, oltre la promozione. Queste sono riassunte below.AdvertisingIn 1982, Nike in onda i suoi primi spot televisivi nazionali, create da neonata agenzia pubblicitaria Wieden + Kennedy, durante la Maratona di New York. Questo fu l'inizio di una partnership di successo tra Nike e W + K che rimane intatto oggi. Il Festival della Pubblicità di Cannes ha nominato Nike sua 'inserzionista of the Year' in due diverse occasioni, la prima e unica azienda a ricevere tale onore per due volte (1994, 2003). Nike ha anche scarpe nike shox guadagnato il premio Emmy per la migliore commerciale, due volte dopo il premio è stato creato nel 1990. Il primo è stato per "The Morning After", uno nike shox donna sguardo satirico a quello che un corridore possa affrontare la mattina del 1 gennaio 2000 se ogni fosca previsione circa Y2K si sono concretizzate. Il secondo Emmy per la pubblicità guadagnato shox r4 da Nike era per un posto 2002 ha chiesto "Move", che ha caratterizzato una serie di atleti shox nz famosi e di tutti i giorni in un flusso di oltre pursuits.In atletica a raccogliere premi, pubblicità Nike ha generato la sua quota equa di controversie: Beatles songNike è stato al centro di critiche per il suo uso della canzone dei Beatles "Revolution" in uno commerciale 1987, contro la volontà della Apple Records, casa discografica dei Beatles '. Nike pagato 250.000 dollari per Capitol Records Inc., che Nuova donna nike shox NZ aria cuscino rosa bianca duty-free deteneva i diritti di licenza del Nord America ai Beatles 'registrazioni, per il diritto di utilizzare il Beatles' rendition per un year.Apple citato Nike Inc., Capitol Records Inc., EMI Records Inc. Wieden + Kennedy e agenzia di pubblicità per $ 15 milioni. Capitol-EMI contrastata dalla dicendo che la causa è stata 'priva di fondamento' perché Campidoglio aveva concesso in licenza air shox l'uso di "Revolution" con il "sostegno attivo e l'incoraggiamento di Yoko Ono Lennon, azionista e amministratore di Apple." Secondo un 9 NOVEMBRE 1989 articolo Notizie su Los Angeles Daily ", un groviglio di controversie tra i Beatles e le loro case discografiche americane e britanniche è stata risolta". Una condizione di out-of-court insediamento era che i termini del contratto sarebbe stata mantenuta segreta. L'accordo è stato raggiunto tra le tre parti coinvolte: George Harrison, Paul McCartney, Ringo Starr, Yoko Ono, e Apple, EMI e Capitol Records. Un portavoce di Yoko Ono ha osservato che "E 'una miriade confusa di problemi che anche le persone che sono state vicino alle principali hanno un momento difficile coglierlo. Attorneys su entrambi i lati dell'Atlantico probabilmente mettere i loro figli al college su questo." Nike annunci cessate aerazione dotate di "Revolution" nel marzo 1988. Yoko Ono in seguito dato il permesso di Nike per usare John Lennon "Instant Karma" in un altro Threat advertisement.Minor advertisementIn fine di giugno del 2005, Nike ha ricevuto critiche da Ian MacKaye, proprietario della Dischord Records, il chitarrista / vocalist per i Fugazi nike shox & The Evens, e il front- uomo di Threat defunta band punk Minor, per appropriarsi di immagini e testo da Threat Minor del 1981 omonimo copertina dell'album in un volantino promuovere Nike Skateboarding nel 2005 East Coast demo tour.On 27 giugno sito Nike Skateboarding, rilasciato scuse per Dischord, Minor Threat , e gli appassionati di entrambi e ha annunciato che hanno cercato di rimuovere e smaltire tutti i volantini. Essi affermano che le persone che lo hanno progettato sono stati skateboarders e gli appassionati Minor Threat stessi che hanno creato la pubblicità per rispetto e apprezzamento per la band. La disputa fu risolta in via extragiudiziale tra Nike e Minor Threat. I dettagli esatti della transazione non sono mai stati disclosed.Chinese a tema advertisementIn 2004, un annuncio su LeBron James batte cartoni animati maestri di arti marziali e uccidere un drago http://www.offertenikeshox.com cinese di arti marziali offeso le autorità cinesi, che ha definito l'annuncio blasfemo e offensivo per la dignità nazionale e il drago. L'annuncio fu poi vietato in Cina. Agli inizi del 2007 l'annuncio è stato reintegrato in Cina per reasons.SponsorshipNike sconosciuto paga atleti in tanti sport diversi per utilizzare i loro prodotti e promuovere / pubblicizzare la loro tecnologia e design.Nike 's endorser primo atleta professionista era tennista rumeno Ilie N? Stas, e la endorser prima traccia società è stata corsa Scarpe donna Nike Shox NZ 3 sulla lunga distanza leggenda Steve Prefontaine. Prefontaine fu allievo pregiato Scarpe Nike Shox OZ Black/Metallic Silver/Pink Women 1002 della società co-fondatore Bill Bowerman, mentre ha allenato presso la University of Oregon. Oggi, il Palazzo Steve Prefontaine è chiamato nel suo onore al Nike corporate headquarters.Besides Prefontaine, Nike ha sponsorizzato molti Donna Nike Shox OZ altri atleti di successo pista nike free http://www.nikefreeit.com & campo nel corso degli anni, come Carl Lewis, Jackie Joyner-Kersee e Sebastian Coe. Tuttavia, è stato la firma del giocatore di basket Michael Jordan nel 1984, con la sua successiva promozione della Nike Free 3.0 V3 donne bianco/grigio Nike nel corso della sua carriera piani con Spike Lee, come Mars Blackmon, che ha dimostrato di essere uno dei più grandi spinte alla pubblicità Nike e sales.During Negli Nike Free 3,0 V3 donne ultimi 20 anni specialmente, Nike è stato uno dei principali capi di abbigliamento / calzature sponsor per i giocatori di tennis più importanti. Alcuni dei giocatori di tennis di maggior successo attualmente o precedentemente sponsorizzati dalla Nike includono: James Blake, Jim Courier, Roger Federer, Lleyton Hewitt, Juan Mart del Potro, Andre Agassi, Rafael Nadal, Pete Sampras, Marion Bartoli, Lindsay Davenport, Daniela Hantuchov ? Mary Pierce, Maria Sharapova, Serena Williams.

    Posté par scarpe nike shox, 23 mai 2012 à 10:24 | | Répondre
Nouveau commentaire